Go to Top

Profil

NeoHumanitas est un Think Tank indépendant qui encourage la démocratisation des réflexions sur les enjeux socio-éthiques liés à l’application des technologies émergentes sur l’être humain. Cette association ne favorise pas une idéologie particulière ( qu’elle soit transhumaniste, libérale ou conservatrice), mais se veut d’offrir un espace de discussion au-delà des différences d’opinions où chacun est libre de s’exprimer selon ses convictions, dans un langage compréhensible pour tous.

Les récents progrès technologiques, notamment dans les domaines des nanotechnologies, des biotechnologies, des technologies de l’information et des sciences cognitives, combinés aux progrès réalisés dans le domaine biomédical, rendent aujourd’hui possible l’amélioration de nombreux aspects physiques et/ou psychiques des êtres humains : contrôle à distance d’un ordinateur par la pensée, prothèses artificielles dont les propriétés dépassent celles de nos membres naturels, réplication artificielle de cerveaux humains, interfaces cerveau-machine et nano-implants crâniens …

Pour la plupart, ces technologies sont initialement développées dans des buts thérapeutiques. Cependant, leur utilisation à des fins non médicales fait déjà l’objet de nombreux débats. Le contexte socio-économique actuel de nos sociétés industrialisées pousse d’ailleurs favorablement en ce sens: l’attrait financier est immense, les nouvelles technologies sont la plupart du temps accompagnées d’un effet d’engouement important et le public s’adapte très vite, souvent sans même s’en apercevoir, aux nouvelles technologies qu’on met à sa disposition.

C’est dans ce contexte qu’un groupe influent d’intellectuels – les transhumanistes – a entrepris de promouvoir et spéculer sur les possibilités d’utiliser ces technologies dans le seul but « d’améliorer » technologiquement l’être humain. Les défenseurs de ce mouvement estiment que le temps est venu de conduire la race humaine vers une condition post-humaine où l’être humain, affranchi de la théorie darwinienne de l’évolution, serait libre d’évoluer à sa guise par l’intermédiaire de modifications technologiques. À terme, les progrès technologiques permettraient à ces post-humains d’augmenter radicalement la durée de leur vie et d’atteindre, à l’extrême, une forme d’immortalité.

La pensée transhumaniste ne se limite pas à une spéculation excentrique de quelques intellectuels. Elle a récemment pris de l’ampleur avec la création d’instituts de recherche, d’organismes et même de partis politiques dédiés à la promotion de leurs idées. Un grand nombre de journaux grand public ont également commencé à faire circuler ces aspirations, démocratisant ainsi la pensée transhumaniste. Même si certains estiment que ces idées sont libératrices et prometteuses d’un monde meilleur, d’autres sont d’avis que le courant transhumaniste est « la chose la plus dangereuse du monde » (F. Fukuyama).

La pensée transhumaniste pousse à l’extrême l’idée de modification technologique des êtres humains, mais il n’est pas nécessaire de croire aux futures et radicales transformations subies par les “post-humains” pour être préoccupé par ce sujet. En effet, il nous faut prendre conscience des possibilités déjà existantes qui, sans pour autant nous sembler radicales, sont en train de paver le chemin vers l’évolution à laquelle aspirent les transhumanistes. Nous assistons déjà à l’émergence d’un monde nouveau – une néo-humanité – qui, comme le souligne le journaliste Jean-Claude Guillebaud, « pour une bonne part n’a pas encore été pensé ».

C’est pourquoi NeoHumanitas propose une plate forme de discussion ouverte aux universitaires, décideurs politiques, investisseurs, développeurs – qu’ils soient publics ou privés – ainsi qu’au grand public. En agissant comme intermédiaire entre ces acteurs, l’association veut encourager un dialogue informé sur les enjeux socio-éthiques soulevés par l’application des technologies émergentes sur l’être humain. Notre objectif principal est de développer des outils d’aide à la décision et à la réflexion, construits démocratiquement, de façon à favoriser un encadrement éthique de l’utilisation des technologies émergentes sur l’être humain.

La prise en main de notre futur ne doit pas être esclave d’une pensée unique. C’est pourquoi NeoHumanitas encourage toutes les perspectives – qu’elles soient conservatrices, libérales ou transhumanistes – afin de cerner, d’évaluer et d’anticiper les risques et les avantages de l’utilisation des technologies émergentes sur l’être humain. En outre, de part la multitude des acteurs concernés ainsi que pour assurer une possibilité de dialogue avec tout interlocuteur intéressé par notre objectif, NeoHumanitas accorde une importance toute particulière à la vulgarisation intelligente des résultats de son travail.

Les membres du Think Tank peuvent être actifs dans différents groupes de travail, projets et/ou publications. Ils analysent certaines des questions socio-éthiques auxquels l’humanité fait – ou devra faire – face. Ils peuvent également organiser des événements en rapport avec les intérêts de NeoHumanitas.

NeoHumanitas a été fondé le 15 Novembre 2012 à Genève (Suisse). Le Think Tank est actif en Suisse et collabore avec l’étranger.